Après son best-seller Mousseline la Sérieuse (prix littéraire des Princes et prix du Cercle de l’Union) et du très remarqué Une année folle (prix Napoléon Ier), Sylvie Yvert poursuit le roman vrai de notre histoire en retraçant la destinée d’une figure politique et littéraire qui se confond avec le génie français. 

Qui se souvient de Lamartine ? Qu’il a été candidat à la première élection présidentielle française ? Qu’on lui doit le suffrage universel, l’abolition de la peine de mort en politique, la seconde abolition de l’esclavage, la conservation du drapeau tricolore et tant d’autres choses encore ? À la parution des Misérables, en 1862, Marianne de Lamartine, la discrète épouse du poète, qui a parfois tenu la plume pour lui, décide de prendre la parole pour défendre l’action de son mari résolu à se taire à tout jamais. Car, pour avoir récusé les Rouges comme les Royalistes, le candidat malheureux a pu mesurer combien nul n’est prophète en son pays.
À la manière d’une feuilletoniste, Marianne de Lamartine nous raconte la vie du plus méconnu de nos hommes illustres, poète éclatant des Méditations de 1820 mais aussi historien et homme d’État. On croise les écrivains engagés de l’époque, au premier rang desquels Victor Hugo. Tous ou presque vont d’abord s’enthousiasmer pour cette révolution pacifique où semble enfin poindre la lumière, lumière qui dura ce que dure le printemps des peuples…


Née à Paris, Sylvie Yvert a été chargée de mission au Quai d’Orsay puis au ministère de l’Intérieur. Après Mousseline la Sérieuse, (EHO, 2016) récompensé par le prix littéraire des Princes et le prix Histoire du Nouveau Cercle de l’Union, Une année folle a reçu le prix Napoléon Ier en 2019. Au moins le souvenir est son troisième roman.

© Adelaide-Yvert

Présence

Dédicaces le samedi et le dimanche de 14h à 19h

Rencontre le dimanche à 18h « Quand l’histoire se mêle au roman »
Avec Hélène Bonafous-Murat et Laurence Malençon

Au moins le souvenir, Sylvie Yvert
Editions Héloïse d’Ormesson, 2021