CESTAC Florence

11 novembre 2021
ml-bb2021

 

« Si je me suis marié, c’est pour me faire servir ! » Ainsi commence avec fracas cette nouvelle bande dessinée de Florence Cestac. Avec sa faconde habituelle, elle y raconte son père, homme d’une époque (avant 68…), d’un milieu (la petite bourgeoisie de province), et leurs relations tumultueuses. Entre une fille déjà artiste et rebelle à toute forme d’autorité, et un père colérique, pour qui dire « je t’aime » est un signe de faiblesse, la vie n’a pas été un long fleuve tranquille.

Florence Cestac est une auteure de bande dessinée, illustratrice et éditrice.

Elle suit les cours des Beaux-Arts à Rouen de 1965 à 1968 puis elle intègre l’École des arts décoratifs à Paris. En 1972, après avoir livré quelques illustrations à divers journaux, elle fonde la librairie Futuropolis avec son mari Étienne Robial (1945), qui deviendra par la suite les éditions Futuropolis. En tant qu’auteure, elle collabore à l’Écho des Savanes, Charlie Mensuel, Pilote ou Ah! Nana. Ses histoires, partagées entre Harry Mickson, détective parodique, et son frère Edmond François Ratier sont logiquement publiées chez Futuropolis (6 tomes, 1979-1988), où elle illustre également “La guerre des boutons” (1990) de Louis Pergaud. Elle reçoit en 1989 l’Alph-Art humour du festival d’Angoulême pour “Les vieux copains plein de pépins”, une aventure d’Harry Mickson.


En 1994, les éditions Futuropolis, sont définitivement abandonnées à Gallimard dont elles deviennent un label “dormant”. Elle crée alors les Débloks dans Le Journal de Mickey avec Nathalie Roques. Elle commence ensuite sa série “Cestac pour les grands”, avec “Le démon de midi” (1996), plus tard adapté au théâtre et au cinéma, “La vie en rose” (1998) ou “Du sable dans le maillot” (1999). Elle reçoit en 2000 le Grand Prix de la Ville d’Angoulême.
En 2002, elle publie “La vie d’artiste” (autobiographique à quelques broutilles près), et en 2004, “Super Catho” sur un scénario de René Pétillon (une enfance catho dans la Bretagne des années cinquante). En 2005, alors que “Le démon de midi” est porté à l’écran, elle lui donne une suite finement intitulée “Le démon d’après midi”.


De 2004 à 2006 elle publie dans le magazine Pif Gadget “La fée Kaca et son mal Cuit-cuit”. Elle publie régulièrement dans le revue “Le Monde des ados” une page Les ados Laura et Ludo sur l’univers de l’adolescence comme si vous y étiez. Série qui est reprise en albums chez Dargaud depuis 2007. En 2007, elle publie “La véritable histoire de Futuropolis”, fabuleuse aventure éditoriale et humaine, dont elle fut l’une des principales actrice de 1972 à 1994. En 2014, elle reçoit le grand prix Saint-Michel.
Entre 2016 et 2018, elle publie deux volumes de “Filles des oiseaux”. En 2021 paraît chez Dargaud “Un papa, une maman, une famille formidable (la mienne !)”, une bande dessinée autobiographique.

© Rita Scaglia / Dargaud

Présence

Dédicaces le samedi et le dimanche de 14h à 19h

Un papa, une maman, une famille formidable (la mienne !), Florence Cestac
Dargaud, 2021