Sur les riches, sur les bourgeois, on croit savoir d’avance, c’est comme les cochons, on ne les aime pas…

 Deux petites bourgeoises, Roman

Selon un excellent dictionnaire des synonymes, borné, commun, conformiste, conventionnel, égoïste, étriqué, formaliste, grossier, lourd, moyen, pantouflard, philistin, médiocre, singe, trivial, vulgaire, c’est la même chose. Les bourgeois sont malheureux et c’est leur faute. Ils sont là, à geindre avec leurs problèmes de riches, leurs dépressions, leurs régimes, les travaux dans leur appartement, la poussière, leurs domestiques, la queue aux télésièges. Quant aux bourgeoises ? Grimaçons ! Un truc étriqué, mal baisé, maigre, pas tendre, la peau trop tendue, les pieds serrés dans des escarpins. Esther et Héloïse se sont rencontrées en sixième, elles sont dans la même classe à l’école Alsacienne, une école privée parisienne, une école pour bourgeois libéraux, les pires, ceux qui ont toutes les chances, sans les règles. Elles sont donc des filles à papa, des gosses de riches, la cuillère en argent dans la bouche, pendant longtemps elles ne connaîtront rien d’autre, des visières sur les yeux, leurs pistons, leurs vacances, les meilleures places dans le train.  Qu’elles souffrent comme tout le monde, qu’on les enferme, qu’elles subissent ce que toutes les petites filles, les adolescentes, les femmes du monde subissent ! Il n’y a pas de raison qu’elles échappent, parce qu’elles sont nées dans les bons quartiers, au sort qui leur est réservé.  Pourquoi Héloïse et Esther et pourquoi pas nous ? C’est injuste.  On peut les détester de ne rien savoir au-delà de ce qu’elles ont, c’est facile et cela arrivera, et elles seront punies, enfin surtout Héloïse. » 

Écrivaine, Colombe Schneck a notamment publié chez Stock, L’increvable Monsieur Schneck (2006), Val de Grâce (2008) et Nuits d’été à Brooklyn (2020), et, aux éditions Grasset, La Réparation (2012), traduit dans plusieurs pays et La Tendresse du Crawl (2019).

© Patrice Normand

Présence

Dédicaces le dimanche de 14h à 19h

Deux petites bourgeoises, Colombe Schneck
Stock, 2021