D’une plume enlevée, Robert Solé revient sur la vie de cette figure controversée et paradoxale. Ni hagiographique ni diabolisante, cette biographie passionnante fait la lumière sur la véritable personnalité du grand Ismaïl Pacha.

 Ismaïl Pacha, Histoire

Pour certains, il a été un désastreux dilapidateur, pour d’autres, un grand réformateur. Alors que retenir d’Ismaïl Pacha, ce khédive singulier que l’on surnommait « le Magnifique », tant pour ses réalisations que pour son goût du faste ? Né en 1830, le petit-fils du grand Méhémet Ali gouverne l’Égypte de 1863 à 1879. Mais alors que son grand-père, un Turc illettré de Macédoine, conquiert le pouvoir par les armes, Ismaïl se voit offrir sur un plateau une Égypte prospère et stratégiquement bien placée sur la route des Indes. La voie est donc toute tracée pour que ce pays se modernise et se rapproche des grandes puissances européennes : Ismaïl Pacha mène à bien la percée du Canal de Suez en 1869, mais il améliore aussi considérablement l’enseignement, le système judiciaire, les voies de communication et l’équipement urbain. Mais s’il dépense beaucoup d’énergie pour réformer son pays, il dépense bien plus encore en trésorerie ! Gaspillant une fortune pour arracher à la Sublime Porte le titre de khédive qui devient alors héréditaire, il conduit l’Égypte à la ruine financière – ce qui le contraint à abdiquer en 1879. 

Né au Caire, longtemps journaliste au Monde, chroniqueur à l’hebdomadaire Le 1, Robert Solé a consacré de nombreux essais à son pays d’origine. Unanimement salué par la critique, son Sadate a reçu le prix de la biographie de la ville d’Hossegor. Il a également signé, chez Perrin, Ils ont fait l’Égypte moderne (2017) et La Grande aventure de l’égyptologie (2019). 

© DR

Présence

Dédicaces le dimanche de 14h à 19h

Ismaïl Pacha, Robert Solé
Perrin, 2021