Nous retrouvons la poésie propre à la plume de Xavier-Marie Bonnot, qui par des histoires singulières écrit l’Histoire. • Un versant de l’Histoire peu exploité en littérature qui met en lumière une partie de la vie de Furtwängler, confronté à un terrible dilemme : fuir l’Allemagne nazie ou rester pour l’art et la musique.

Berlin, 1932. Wilhelm Furtwängler est l’un des plus grands chefs d’orchestre allemands. Il dirige l’orchestre philarmonique de Berlin et éblouit son public par son génie virtuose. 

1934. Hitler est chancelier. Il détient tous les pouvoirs, c’est le début des années noires. Le nazisme s’impose et dépossède les artistes de leur art. Les juifs sont exclus de l’orchestre et contraints de s’exiler. La culture devient politique. La musique devient un véritable instrument de propagande. Continuer d’exercer son art mais en se soumettant au régime du III Reich ou fuir l’Allemagne ? Pour Furtwängler, ce choix n’a pas de raison d’être. Mais l’art est-il véritablement au-dessus de la politique ? La passivité étant souvent interprétée comme un signe d’acceptation et de collaboration, cela pourrait bien lui porter préjudice… En parallèle, Rodolphe Bruckmann, fils d’une célèbre cantatrice ayant chanté dans les opéras les plus prisés de la capitale, contemple et vit les évènements avec son regard de jeune garçon. La guerre se profile au loin mais lui ne comprend pas. De ses yeux naïfs, il voit tous ces SS qui ont fière allure dans leurs uniformes. Il ne perçoit pas le mal. Lui, ce qu’il veut, c’est devenir le plus grand chef d’orchestre que l’Allemagne n’ait jamais connu. Il a ce don en lui. Les notes lui parlent, le transportent. La musique l’anime depuis toujours et ni la guerre, ni la déportation de sa mère, ni l’absence de père, ne parviendront à détruire ses ambitions. Il le sait, il sera le prochain Furtwängler. 

Le destin de ces deux âmes se croisent et se rejoignent harmonieusement, comme des notes de musique, pour former la plus belle des partitions. Le positionnement de Wilhelm Furtwängler pendant la seconde guerre mondiale est une zone obscure éclairée par la plume de Xavier-Marie Bonnot, qui, par son histoire, écrit l’Histoire. 

Écrivain est réalisateur de documentaires, Xavier-Marie Bonnot est l’auteur de nombreux romans, parmi lesquels La Dame de pierre, prix du Meilleur roman francophone au festival de Cognac, et Le Tombeau d’Apollinaire, prix du Roman historique des rendez-vous de Blois. 

© Bruno Klein

Présence

Dédicaces le samedi et le dimanche de 14h à 19h

Berlin Requiem, Xavier-Marie Bonnot
Plon, 2021