Alexandre Galien, l’un des nouveaux talents les plus prometteurs du polar français. Un parcours hors normes : ancien flic (direction régionale de la police judiciaire) et diplômé de droit et de sciences criminelles, Alexandre est aussi le plus jeune lauréat du prix du Quai des Orfèvres en 2020 pour Les Cicatrices de la nuit, vendu à plus de 100 000 exemplaires. 

 
Soleil levant, Roman

De retour du Nigeria, Philippe Valmy, bien décidé à en finir avec son passé douloureux, choisit de terminer sa carrière à la tête de la BAPSA, le Samu social de la préfecture de police. Lors de sa première maraude, il se prend d’affection pour Ziggy, un jeune paumé, ancien champion d’arts martiaux que la toxicomanie a condamné à la rue et à la débrouille. De son côté, le capitaine Queffelec, devenu chef de groupe par intérim, doit mener l’enquête sur un homme d’affaires japonais retrouvé mort, hara-kiri, dans un palace parisien. Lorsque l’empreinte digitale de Ziggy est relevée dans la chambre, Philippe Valmy est aspiré vers son ancien service et ses démons, pour aider son nouveau protégé. Une enquête aux mille ramifications qui conduit le groupe Valmy des tours de la Défense au quartier bouillonnant de Shinjuku, à Tokyo. Mais face à la collusion du crime organisé, de la politique et des milieux interlopes, cette affaire pourrait bien être celle de trop pour le flic au cœur brisé…

Après des études de droit et de sciences criminelles, Alexandre Galien a intégré la direction régionale de la police judiciaire. Il se consacre aujourd’hui à l’écriture. En 2019, et à à peine trente ans, il devient le plus jeune lauréat du prix du Quai des Orfèvres, obtenu pour Les Cicatrices de la nuit. Depuis septembre 2020, il enseigne le cours « Roman noir, époque sombre » à la chaire d’écriture et de rhétorique de Sciences po Paris. Un profil hors normes à suivre de près !

© Pauline Darley / Le piano vache

Présence

Dédicaces le samedi et dimanche de 14h à 19h

Soleil levant, Alexandre Galien
Michel Lafon, 2021