L’amant polonais, roman

Comme Balzac et Madame Hanska qui ne se virent que quatre fois en quinze ans, Eva et Julian vivent de loin une passion amoureuse. Un jour de décembre 1981, Eva, une Polono-française, croise à Cracovie la route de Julian. Le 13 décembre la loi martiale isole le pays du reste du monde. Julian, militant de Solidarité est emprisonné. Eva ne le reverra que des années plus tard. Chronique d’une aventure impossible ballotée par le communisme et l’après communisme sur un peu plus d’une décennie, «L’Amant polonais» est aussi l’histoire du narrateur, Laurent, un jeune médecin qui mène une existence un peu monotone jusqu’au jour où il rencontre Eva et son mari, Charles, un couple bohème qui attire à lui les personnages les plus extravagants. Une indéfectible amitié va le lier à cette femme belle et fantasque et à cet homme prêt à tout pour la garder. L’amour résiste-t-il à l’usure du temps? Plutôt que d’émigrer, Julian a choisi « l’exil intérieur». A la fois absent et toujours présent, il est le symbole de ces rêves détruits où les souvenirs deviennent plus vifs et plus précieux que l’instant présent.

L’Oasis de la fille perdue, nouvelles

Ce genre s’est imposé à moi  en plein confinement. Pendant des années, j’avais mis de côté mon pays natal. Une amnésie profonde. Une façon de survivre à un trauma. Inconsciemment, j’avais enfoui bien des choses. Et voilà qu’elles ressurgissaient. L’Algérie française n’était pas un Eden. Les inégalités sociales y étaient nombreuses y compris chez les » petits blancs».mais les rapatriés l’aimaient si intensément qu’ils la croyaient éternelle. Louise, l’héroïne de «On dirait le Sud » rêve de douceur de légèreté. J’aspirais à cela, moi aussi. L’Algérie était bien là, dans ma mémoire, douloureuse, certes mais aussi chaleureuse, éclatante de joie de vivre. Si différentes qu’elles soient,  toutes ces courtes histoires parlent de l’amour de la mer, du soleil, de la lumière, des choses ordinaires qui rendent les gens heureux.

© Pauline Darley / Le piano vache

Présence

Dédicaces le dimanche de 14h à 19h

L’amant polonais
L’Oasis de la fille perdue