Un auteur reconnu, récompensé à de multiples reprises. Un livre qui résonne comme une leçon d’humanité et un hommage aux grands oubliés de l’histoire de France : les soldats coloniaux.

 

1939, dans les montagnes de Kabylie. Adam a vingt ans et rêve de construire une maison pour Zina, son grand amour, la plus belle fille de Bousoulem. La vie serait si simple, si douce. Mais la guerre en décidera autrement. Arraché à son village et à sa fiancée, Adam est enrôlé de force par l’armée pour tuer des Allemands qu’il ne connaît pas, dans une France qu’il ne connaît pas. Après s’être évadé d’un camp de travail réservé aux soldats coloniaux, il découvre avec ses compagnons un Paris occupé où il doit apprendre à survivre, entre rafles et marché noir, mauvaises rencontres et mains tendues.

Guidé par ses rêves de liberté, retrouvera-t-il son Algérie et sa Zina bien- aimée ?

Ce roman, véritable bijou d’humanité, est un hymne aux grands oubliés de l’histoire de France.

Akli Tadjer est l’auteur de treize romans, dont trois, Le Passager du Tassili, Le Porteur de cartable, et Il était une fois… peut-être pas ont été adaptés à la télévision. La Reine du tango (JC Lattès, 2016) a reçu le prix Nice Baie des Anges. Son dernier livre, Qui n’est pas raciste, ici ? (JC Lattès, 2019), lui a valu des articles dans le monde entier et des invitations dans de très nombreux médias.

© Philippe Matsas

Présence

Dédicaces le samedi 14h-17h puis 18h-19h et le dimanche de 14h à 19h

Rencontre le dimanche à 17h « Récits de guerre » avec Morgan Sportès et Olivier Weber

D’amour et de guerre, Akli Tadjer
Les Escales, 2021