De jeunes paysannes combatives et passionnées gèrent leur propre ferme et se heurtent au machisme du milieu agricole. On leur demande souvent : il est où le patron ?

Au fil d’une saison agricole, dans un petit village de moyenne montagne, trois femmes paysannes, voisines de marché, se rencontrent, s’entraident et se lient d’amitié. Elles ont des parcours de vie différents : Jo vient de terminer ses études et s’installe tout juste pour reprendre une ferme caprine. Il y a cinq ans, Anouk a quitté la ville où elle habitait pour emménager à la campagne, depuis, elle est apicultrice. Coline, mariée deux enfants, est originaire du village. Elle a repris il y a dix ans la ferme et les brebis laitières de ses parents. Toutes trois sont confrontées au sexisme ambiant. En les suivant dans la pratique de leur métier, on accompagne leur cheminement quotidien sur les questions féministes et aussi sur la difficulté de la vie agricole. En partageant leurs expériences, ces femmes se donnent la force de faire entendre une autre voie que celle du patriarcat.


Maud Bénézit dessine depuis l’enfance et rêve secrètement d’être autrice de BD. Pourtant, elle devient en
2013 ingénieure agro et se retrouve à faire une thèse de recherche sur le petit pois. En 2016, réalisant que
son rêve de petite fille est devenu bien lointain, elle arrête sa thèse pour se lancer dans l’illustration.
Quelques mois après, elle retrouve par hasard une camarade d’école devenue paysanne et qui, avec
quelques amies, cherche une dessinatrice pour raconter leur vie d’agricultrice et parler du sexisme en milieu
agricole. Maud travaille donc sur ce projet collectif depuis 2017 tout en faisant quelques projets
d’illustration par ailleurs. Elle raconte également son quotidien en bd sur instagram avec humour et auto
dérision sous le pseudonyme de @bdzit.

© DR

Présence

Dédicaces le vendredi 3 décembre de 16h à 21h, le samedi 4 décembre de 14h à 16h et le dimanche de 14h à 19h

Il est où le patron ? Chroniques de paysannes, Maud Bénézit & les paysanes en polaire
Marabulles, 2021